L'avantage des A.L.E. par rapport aux SEL économiques

Avatar de l’utilisateur
Joaquim
Administrateur du site
Messages : 151
Inscription : sam. 1 sept. 2007 22:28
N° membre : 3
Nom du SEL : RomanSEL
Contact :

L'avantage des A.L.E. par rapport aux SEL économiques

Message par Joaquim » lun. 3 sept. 2012 04:27

Définition des A.L.E. :

"Les A.L.E. offrent à des demandeurs d'emploi, la possibilité d'obtenir un complément à leurs allocations de chômage ou d'intégration sociale par le biais de travaux de proximité au service des personnes, pouvoirs publics locaux, écoles, associations non commerciales."
http://www.emploi.belgique.be/defaultTab.aspx?id=718

Nous assistons pour le moment à un prosélytisme virulent de la part de beaucoup de "SEL économiques". Selon eux, ils apporteraient la réponse à des questions économiques locales auquelles l'économie normale ne peut pas répondre.

Je suis tout à fait contre cette fausse idée, car en Belgique le système des A.L.E. est très bien développé et ceux qui rentrent dans son cadre, bénéficient de cette formule et y trouvent souvent un complément financier intéressant en plus de leur allocation, ainsi qu'une estime de soi par le service à autrui.

Par la même occasion, les A.L.E. responsabilisent le citoyen à prendre part à l'action collective en lui proposant de mettre à disposition des autres ses compétences contre une rémunération "réelle" en EUROS. Les services les plus concernés sont justement ceux qui sont en pénurie; par exemple "les services à la personne".

Les SEL économiques collisionnent de manière frontale avec les A.L.E., car leur action est économique et non limitée uniquement au social. Il fonctionnent sur le même plan. Par conséquent, ils devraient être sujets aux mêmes formes d'impositions financières et réglementation en matière de travail.

A l'opposé, les "SEL à caractère social" (http://lesel.be) s'obligent à demeurer uniquement des acteurs de cohésion sociale locale par le biais de l'entraide ponctuelle, comme ça a toujours été le cas entre voisins, amis et familles.

Personnellement, je pense que les allocataires sociaux valides devraient être encouragés à prester quelques heures par mois rémunérées en euros pour un service public local en fonction de leurs compétences variées et leurs disponibilités familiales. Ceci aurait pour conséquence de couvrir très vite des besoins humains urgents et apporterait également une tendance à l'équilibre substancielle aux appareils administratifs locaux.
L'idée même des SEL économiques disparaîtrait alors, car les personnes ne tenteraient plus de s'identifier à des formes d'économie laborantines, immatures et réactionnaires. Elles tendraient vers plus d'équilibre en satifaisant les besoins locaux par les voies officielles offertent. Les administrations en sortiraient renforcées et l'intelligence des appareils deviendrait de plus en plus efficace.
L'investissement de l'état dans les ALE serait très vite amorti, le gain pour l'économie locale serait exponentiel et progressivement on verrait naître de plus en plus de petits commerces. Le retour aux commerces de proximité créerait de l'emploi.
L'état en retirerait un bénéfice énorme, car plus de commerces locaux c'est plus de rentrées, un sentiment de sécurité plus grand donc moins d'investissement dans les politiques sécuritaires, des infrastructures administratives plus performantes, car certains services fournis par les citoyens viendraient combler des lacunes qui s'accumulent.

Je mets ceci en avant, car parfois certaines alternatives proposées sont illusoires, alors qu'il existe déjà certaines formes de solutions fonctionnelles qu'il serait préférable de renforcer.
Aller trop vite nous éloigne un peu plus les uns des autres chaque jour! Ralentissons le pas ....

Répondre